L' ue7 en pratique


L’UE7 du DSCG est une épreuve complexe, qui n’est pas toujours comprise ni appréhendée correctement par tous les intervenants concernés. Ce travail est académique : la fiche d’agrément doit être validée par un enseignant-chercheur. Certains membres de jurys n’ont toujours pas, semble-t-il, pris conscience, voire pris connaissance de ces nouvelles exigences. De même, quelques jurys sont, pour l’heure, constitués exclusivement de professionnels et donc sans aucun enseignant-chercheur. Or, le BO du 18 mars 2010 (art.6, p. 4) est très clair : « La commission d’examen pour l’épreuve de "relations professionnelles" du diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG) est composée de deux membres : un enseignant-chercheur et un professionnel ». Cela étant, force est de reconnaître que ces dysfonctionnements deviennent de plus en plus rares, le jury national ayant encore insisté dans son rapport du 19 janvier 2016 sur l'obligation de rédiger un mémoire de recherche et non un rapport de stage :

« Il est rappelé aux candidats que cette épreuve s’appuie sur un mémoire de niveau master et non un rapport de stage. Le mémoire ne peut donc pas être uniquement descriptif des activités menées ou d’un point étudié lors du stage. Les jurys ont également remonté que le niveau de français de certains candidats était faible (syntaxe, accords grammaticaux, orthographe). Cela est d’autant moins acceptable que le mémoire peut faire l’objet d’une relecture. Le mémoire doit permettre au jury d’apprécier la capacité du candidat à définir une problématique de gestion spécifique, à utiliser les références théoriques et conceptuelles appropriées et à mobiliser une démarche méthodologique pertinente. Or, les jurys ont relevé que beaucoup de mémoires étaient faiblement problématisés, et que les démonstrations (quand elles existent) sont lacunaires. Les candidats manquent également de distanciation par rapport au sujet. Ainsi, un nombre trop important de mémoires s’assimile plus à des rapports théoriques qu’à des réflexions sur des pratiques professionnelles. Il est à noter que le mémoire doit porter sur les pratiques en vigueur en France ou alors faire des analyses comparatives de pratiques entre plusieurs pays. En revanche, un mémoire ne faisant référence qu’au droit marocain par exemple n’est pas recevable en tant que tel. En ce qui concerne la soutenance, elle doit être préparée en amont, le candidat devant présenter les points clés de son mémoire : sujet et problématique, méthodologie mise en œuvre, principaux résultats. Il doit aussi être au courant du programme de cette épreuve. »

Un mémoire est un travail de recherche qui dépasse largement un simple rapport de stage : il s’agit de présenter une problématique amenant le préparationnaire à émettre des préconisations utilisables par un professionnel de haut niveau.

Un mémoire type doit intégrer trois parties distinctes mais inextricablement liées : une partie théorique, appelée Revue de littérature qui relate ce que les théoriciens ont à dire du sujet ; une partie empirique constituée d’enquêtes et de documentation pratique ; enfin, une partie de préconisations utiles aux professionnels. Le fil rouge de ce travail est une problématique qui oriente une réflexion sur un problème auquel l’étudiant a été confronté durant son activité professionnelle ; le lien entre la théorie et la pratique, ce sont des hypothèses de recherche, permettant de vérifier si la théorie relate bien un raisonnement favorisant la pratique professionnelle.

Ce mémoire nécessite un lourd travail de recherche documentaire, qui exige une présence en bibliothèque (il paraît quasi impossible de se contenter de recherches sur Internet ou de quelques lectures professionnelles pour répondre au cahier des charges d’un mémoire). Il est, d’expérience, indispensable d’y consacrer un temps non négligeable, estimable à environ 200 heures de travail. Ce temps ne concerne que le travail lié au mémoire, pas celui lié au programme théorique (épistémologie, méthodologie et communication). Ces remarques se vérifient par le contenu inadapté des différents ouvrages disponibles sur le marché : c’est la raison pour laquelle nous avons écrit un livre spécifique, qui vous est proposé sur ce site. Ce livre est le support de notre travail quotidien avec des préparationnaires à l’UE7 du DSCG, comme les quelques témoignages que vous y trouverez l’attestent.

Pour les préparationnaires qui travailleront avec nous en séminaires ou en suivis par mail, nous les aiderons à rédiger une fiche validable que nous présenterons nous-mêmes à un enseignant-chercheur. Puis il s’agira de rédiger les différentes parties constitutives d’un mémoire et, notamment, d’effectuer l’enquête terrain indispensable à l’élaboration de préconisations opérationnelles, objectif final du mémoire.

Notre ouvrage répond à chacun de ces besoins, et nos autres services (séminaires et suivis par mail) vous assistent à chaque étape.

Nos services


Nos vidéos

  • PROCHAINEMENT

  • PROCHAINEMENT

  • PROCHAINEMENT