LES RESULTATS NATIONAUX ET CEUX D'IPM
 

Les résultats nationaux à cette UE7 sont globalement stables depuis sa création. Ceci semble surprenant car, si dans un premier temps l’épreuve a surpris beaucoup d’étudiants, on aurait du voir s’améliorer les résultats. Il n’en est rien, car les exigences sont de plus en plus fortes, le DSCG étant depuis 2010 un diplôme de niveau Master universitaire.

On note un durcissement des décisions (et donc des notes) des jurys au plan national, avec une baisse du pourcentage national de validation, signe que le mémoire n'est définitivement plus un rapport de stage, mais un véritable travail de recherche : notre livre est parfaitement adapté à ces exigences grandissantes et la stabilité de nos résultats montre la qualité de notre travail.

 

Nos résultats restent pourtant supérieurs à cette moyenne nationale, comme le montre le tableau ci-dessous :

LES RESULTATS NATIONAUX ET CEUX D'IPM
 

Les résultats nationaux à cette UE7 sont globalement stables depuis sa création. Ceci semble surprenant car, si dans un premier temps l’épreuve a surpris beaucoup d’étudiants, on aurait du voir s’améliorer les résultats. Il n’en est rien, car les exigences sont de plus en plus fortes, le DSCG étant depuis 2010 un diplôme de niveau Master universitaire.

On note un durcissement des décisions (et donc des notes) des jurys au plan national, avec une baisse du pourcentage national de validation, signe que le mémoire n'est définitivement plus un rapport de stage, mais un véritable travail de recherche : notre livre est parfaitement adapté à ces exigences grandissantes et la stabilité de nos résultats montre la qualité de notre travail.

 

Nos résultats restent pourtant supérieurs à cette moyenne nationale, comme le montre le tableau ci-dessous :


 

NOS RESULTATS DEPUIS 2010
 

Nos résultats 2014 ont été très bons, avec une moyenne de 14,01 pour les validés et 12,35 pour l'ensemble des étudiants présentés. 84% des étudiants encadrés par L'IPM ont validé, à comparer à un taux de 62% au niveau national.

 

Nos résultats 2013 avaient été excellents, avec un taux de réussite de 92% et une moyenne de 14,11/20. Les 8% d'échec font baisser la moyenne à 13,67/20.

 

Nos résultats 2010, 2011 et 2012 avaient été stables, à 86% de taux de réussite et une moyenne des notes de 14,5/20. La moyenne baissait à 13/20 en intégrant les 14% d'échecs.

 

Après une période de mise en place compliquée, qui a vu des jurys parfois inconstants voire incompétents, depuis 2012, les échecs ne leur sont plus vraiment imputables.

Les échecs sont essentiellement dus : 1°) à des étudiants ayant terminé leur mémoire trop rapidement, pressés par le temps et avec une partie théorique trop faible, 2°) à des enquêtes terrain et des préconisations insuffisantes pour la profession, 3°) à une mauvaise préparation de l'oral, 4°) à une maîtrise insuffisante de la partie « connaissances générales de l'épreuve » (épistémologie, méthodologie et communication). Nous pensons avoir le meilleur taux de réussite français, en tous cas nettement supérieur au taux national de 60% environ et surtout avec des notes très élevées.

NOS MEILLEURS ETUDIANTS
 

Quelques travaux ont été excellents et ont obtenu la note de 20/20 (Johan Pieter), 19/20 (Wilfried), 18/20 (Sarah, Kévin, André, Brigitte, Jérémy et Nelly), 17,5/20 (Laetitia), 17/20 (Stella, Marion et Narjisse), 16,5/20 (Chloé), 16/20 (Stéphanie, Emilie, Emmanuel, Abdelattif, Sarra, Pascale, Emeric, Xavier, Lucas, Selen et Muriel), 15,5/20 (Aurélien), 15/20 (Jacques Jérôme, David, Elodie, Frédéric, Ouriel, Sophie, Benoit, Houssen, Mélanie, Coraline, Catherine, Arthur, Séverine, Sacha, Valentine et Thibaud), 14,5/20 (David et Fanny), 14/20 (Mohamed, Sabine, Richard, Erwan, Damien, Justine, Ludivine, Jonathan, Matthias et Jessica), 13,5/20 (Marion, Najette, Xavier et Damien).

 

Nous les félicitons chaudement et les remercions de pouvoir utiliser leurs travaux dans le livre que nous avons écrit.